Rechercher
  • Alain Séguy

Quelques réflexions sur les impacts de la pandémie : les angoisses existentielles

Dernière mise à jour : 21 mai 2020

Le monde tel que nous le vivons, en cette période de pandémie, est fait d'incertitudes, et de nombreuses questions peuvent nous venir :

  • Suis-je en danger, ou bien mes proches le sont-ils ?

  • Est-ce que je vais retrouver mon activité professionnelle ?

  • Vais-je continuer à travailler de la même manière ?

  • Vais-je continuer à vivre de la même manière ?

  • De quel monde ai-je envie ?

  • Ma vie de couple va-t-elle sortir renforcée, ou bien ébranlée, de la période de confinement ?




Ce temps d'incertitude nourrit nos angoisses, les alimente.

Et en particulier ce que l'on appelle les "angoisses existentielles".

Elles sont au nombre de cinq :


  • La finitude. Cette angoisse renvoie à l'idée que tout a une fin, y compris nous-même. En cette période de pandémie, ce qui nourrit cette angoisse est lié à la mort, la fin d’un monde, la perte d’un proche, d’un emploi, d’un avenir, d’une vision de l’avenir…

  • La solitude. Cette angoisse est liée au fait que nous sommes fondamentalement seuls dans notre ressenti, dans notre vécu, même si nous pouvons en partager des bribes, de manière imparfaite, au travers des mots et des oeuvres que nous produisons. Le confinement nous fait vivre de manière un peu plus intense cette sensation de solitude, de distance.

  • La responsabilité. Cette angoisse est liée à la difficulté qu'il peut y avoir à se sentir responsable de sa vie, et de ce qu'on en fait. Dans un monde impacté comme aujourd'hui par la pandémie, et qui change, nous sommes interpellés sur notre positionnement, notre engagement.

  • Le sens. Cette angoisse est liée à l'envie, ou à la nécessité de donner du sens au monde, à la vie, à notre passage sur terre. Aujourd'hui nombreux sont ceux qui se posent la question de savoir où ils en sont dans leur vie personnelle et professionnelle, ce qu'ils ont envie d’être demain…

  • L’imperfection. C'est la cinquième angoisse existentielle, qui parle de notre imperfection à chacun, et de la difficulté qu'il y a parfois à l'accepter.


En fonction de comment chacun est traversé par ces angoisses, dans l’incertitude du monde de demain, un ajustement va être nécessaire, qui sera parfois conservateur (défensif, pour consolider un espace de sécurité avec du connu) et parfois créateur (offensif, pour faire du nouveau, créer, se déployer).

169 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout